2

Lettre ouverte à propos de PETA

(Envoyée cet après-midi à un grand média, je la publie aussi ici, pour réveiller ce blogue endormi depuis plus d’un an.)

PETA est un organisme nauséabond en grand déficit de valeurs.

L’organisation veut sauver les animaux des usines à bouffe et des laboratoires, un objectif vénérable, mais use de techniques plus que douteuses pour arriver à ses fins. Cette semaine à Québec et Montréal c’était des femmes dévêtues (le classique) couchées à un coin de rue, tandis qu’au début du mois le Vegan Feminist Network dénonçait sur son blogue que PETA en était à un site porno dans lequel des femmes ont des ébats avec des légumes, des hommes derrière la caméra leur donnant des ordres et riant de l’humiliation à laquelle elles se soumettent pour ce qu’elles pensent être servir leur cause… le tout payé, évidemment, avec les dons de personnes qui pensent sauver de la cruauté les petites et plus grandes bêtes.

Rendre objet le corps de la femme, peu importe la raison ou le gain, c’est ordurier.

PETA, qui n’a jamais rien eu de révolutionnaire, est maintenant complètement dépassé. Il est grand temps d’adopter des mesures toujours plus égalitaires et intelligentes au service des causes progressistes. Comme plusieurs, concernant PETA, j’en ai assez de me demander qui sont réellement les animaux.


0

Prendre l’avion au Canada? Pas pour les personnes trans!

Dans les dernières semaines, l’Australie a innové en créant des passeports dans lesquels les personnes transgenres peuvent maintenant se définir en tant que tel. En été, le ministre australien de la Justice a déclaré « La plupart des gens pensent que le fait de voyager librement, sans craindre de discriminations, va de soi. Cette mesure va accorder les mêmes libertés aux Australiens transgenres ou transsexuels ». Sur les passeports australiens, on peut dorénavant être M, être F ou être X.

À peu près dans les mêmes temps, soit le 29 juillet, le gouvernement a été adopté un amendement à la Loi sur l’aviation :

Il est interdit au transporteur aérien de transporter un passager qui ne semble pas être du sexe indiqué sur la pièce d’identité qu’il présente.

En connaissant ce que met de l’avant le gouvernement conservateur de Stephen Harper on comprend rapidement l’esprit de la modification, qui a effectivement trait à la sécurité aérienne et à la lutte au terrorisme. Seulement, un gros problème émerge : avec ce changement, le gouvernement oublie de considérer un nombre pourtant considérable de citoyens et citoyennes, les mettant dans le même panier que les terroristes. C’est précisément ce que dénonce le Conseil québécois des gais et lesbiennes dans une lettre envoyée en janvier au ministre canadien des Transports, Denis Lebel. La lettre a fait son bout de chemin dans le milieu LGBTQ et dans le public, mais n’a définitivement pas fait réfléchir le ministre et son parti.

En effet, confrontés par plusieurs intervenants et intervenantes, les Conservateurs s’en sont tenus à leurs classiques « la sécurité avant tout » et à « nous luttons contre le crime »! Vis-à-vis de ces paroles constipées, les explications de la sénatrice australienne Louise Pratt semblent relever du pur génie : « Il y a eu de nombreux cas à l’étranger de personnes arrêtées dans les aéroports par la police de l’immigration simplement parce que leur passeport ne coïncidait pas avec leur apparence», a-t-elle tout simplement et calmement déclaré sur les ondes de la radio ABC, laissant comprendre qu’elle avait à cœur le bien-être et la justice de tous les Australiens et toutes les Australiennes…


Design par Trevor Fitzgerald et modifié par Félix GG | Propulsé par Wordpress