0

Lettre à mes députés

Québec, 17 octobre 2011

Messieurs Bolduc et Hamad,

Mon nom est Félix Gingras Genest, je suis ex-citoyen de Louis-Hébert, désormais résident de Jean-Talon. Je m’implique notamment au Forum jeunesse de la Capitale-Nationale, à l’Association étudiante du Collège François-Xavier-Garneau et au conseil d’administration de la Maison des jeunes L’Envol de Ste-Foy.

Depuis 2009 je m’implique à titre personnel pour la mise sur pied d’une commission d’enquête concernant la corruption et la collusion, que ce soit dans les instances municipales, au gouvernement du Québec ou dans le milieu de la construction. Encore une fois à titre personnel, mais dans l’intérêt des gens que je représente, je vous approche concernant cette fameuse commission d’enquête que vous repoussiez toujours vers la fin du mois de septembre.

Si l’on peut en croire les rumeurs qui courent, le mardi 18 octobre au matin le Conseil des ministres se réunira afin de discuter et d’annoncer la mise sur pied d’une commission d’enquête. Vous me voyez réjoui par avance de cette annonce qui, j’espère, se fera véritablement. Mes préoccupations toutefois en sont maintenant à la forme que prendra cette commission d’enquête.

Souvenez-vous de la Commission Bastarache et de comment elle avait été accueillie par le public et de comment on s’en souvient depuis… rien de bien reluisant. Les partis d’opposition tout comme le peuple avaient dénoncé plusieurs choses qui ont mené à son insuccès : l’étroitesse du mandat, le manque de transparence (dénotons le rôle très aidant qu’a joué l’avocate du gouvernement pour le Parti Libéral, le procureur d’origine qui était membre contributeur d’un parti en cause, le commissaire qui a pris beaucoup de décisions qui semblaient toujours favoriser certains protagonistes, et cetera) et le rapport qui ne faisait pas état de ce que tous avaient pu apprendre et constater, en adoucissant certains faits et en ne prenant pas d’autres en ligne de compte.

Comme dit plus haut, rien de bien reluisant, tout pour raviver les gouailleries et le cynisme. Je vous ai énoncé ces critiques non pas pour y revenir (vous n’êtes même pas obligés d’être en accord), mais pour convenir avec vous que quelque chose de mieux peut être fait. C’est en gardant en tête ces points faibles et en les confrontant à ses manières de faire que le gouvernement pourra montrer sa réelle volonté à faire d’une éventuelle commission d’enquête sur la corruption et la collusion un succès, tant pour la vertu que le bien du public et l’honneur de la classe politique.

Je vous envoie ce message sur le tard… j’espère qu’il vous parviendra avant la réunion du Conseil des ministres!

Veuillez accepter mes salutations les plus distinguées.
Merci beaucoup,

Félix Gingras Genest

Design par Trevor Fitzgerald et modifié par Félix GG | Propulsé par Wordpress