0

Une drôle d’histoire…

Le seul homme à ne jamais faire d’erreurs est celui qui ne fait rien. — Théodore Roosevelt

Le fossé numérique est clairement établi : la majorité des aînés et la plupart des adultes, qui doivent immigrer vers le numérique, perdent souvent le nord face à tout ce qui parle binaire (ne serait-ce que programmer une montre). Il y a aussi les jeunes eux-même, les C, qui ne sont pas tous si technophiles qu’on le dit.

Sans vantardise, je peux affirmer que je ne suis pas du côté désavantageux de ce fossé : je suis généralement considéré comme un pro. Il m’arrive cependant de… hum… me surprendre bien loin dans la bêtise.

Depuis que j’habite dans le haut du cap, à Sillery, mon routeur (nommé famillegg) ne diffusait pas très bien. Même à quelques mètres, je ne bénéficiais pas de 100 % de puissance d’ondes. Par contre, il y avait un autre réseau, sensiblement meilleur, non protégé. Je me suis longtemps demandé si ce n’était pas mon routeur qui était brisé, diffusant deux réseaux mais me laissant uniquement la possibilité de gérer famillegg. Ce matin, je me suis patenté quelque chose afin de mieux prendre la puissance de mon réseau depuis ma chambre : j’ai pris un vieil ordi portable que j’ai recouvert de papier d’aluminium, et j’ai déposé mon routeur dessus, orientant l’écran ouvert face à ma chambre afin d’y faire rebondir les ondes. Mais… rien n’y a changé. Alors je me suis sérieusement penché sur la question, et j’ai découvert quelque chose d’affreusement ridicule.

En branchant mon routeur pour la première fois, durant le déménagement, j’avais pesé sur « reset » puis j’avais configuré le réseau linksys (nom par défaut après un redémarrage) que je croyais être le mien. Et pourtant, je m’étais trompé! Ce que j’ai probablement fait, c’est de prendre le réseau non configuré de mon voisin et de me l’approprier en le nommant et en lui attribuant un mot de passe, laissant le mien (que je croyais probablement le sien) ouvert à tous. C’est en faisant des tests ce matin que j’ai compris la bavure commise il y a plusieurs années. Théoriquement, donc, j’ai passé presque quatre ans sur le routeur de mon voisin, et lui sur le mien :-P Ça va bien!

J’ai réglé le tout, protégeant le linksys et le nommant famillegg, en déprotégeant l’ex-famillegg et le renommant Je vous entends faire l’amour, pour rire (ça va peut-être gêner les voisins, ce serait bien drôle!).

Voilà… #jeudiconfession! J’ai l’air con, haha…


0

Rester créatif et être heureux

J’aime beaucoup effectuer la traduction de choses qu’on trouve en abondance dans la langue de Shakespeare mais qui restent un manque dans notre belle langue. L’été dernier, par exemple, j’ai traduit pour mon propre intérêt une dizaine de chapitres du Geeks’ Guide To World Domination.

Je vous présente aujourd’hui deux compilations et traductions qui existent en français, mais qui ont tout à envier côté qualité et quantité. Il s’agit de Ways To Stay Creative (manières de rester créatif) et de Ways To Be Happy (manières d’être heureux). Ce ne sont pas des textes suivis, mais bien des listes de commandements, de conseils, et de choses à faire.

Rester créatif (43 éléments)
Page Web : restercreatif.jottit.com
Fichier texte : restercreatif.txt (UTF-8)
Sources : [1] [2] [3] [4]

Être heureux (87 éléments)
Page Web : etreheureux.jottit.com
Fichier texte : etreheureux.txt (UTF-8)
Sources : [1] [2] [3]

Je tiens à dire que je ne suis pas adepte des « coachs personnels » et autres pseudo-professions du genre… Toutefois, je crois qu’un certain code, une certaine voie à suivre, aussi simple que ces listes, peut réellement aider une personne à se rapprocher du meilleur d’elle-même. Moi, personnellement, je compte bien imprimer ces listes pour les afficher à côté de mon lit ou dans ma case. C’est pourquoi j’ai décidé de traduire ces énoncés et de les partager, en espérant que ça puisse ravir et servir à certains :-)


Design par Trevor Fitzgerald et modifié par Félix GG | Propulsé par Wordpress