0

Alignés au mur, les élèves!

J’ai commencé à rédiger cette histoire accompagnée d’une réflexion il y a quelques jours.

Cet après-midi, à l’école, j’aurais eu de l’économie et du français. Toutefois, étant celui que je suis, je me suis retrouvé dans une école primaire, pour Ados-Passions.

C’est un programme qui a beaucoup de bienfaits : en une période, trois ou quatre élèves qui finiront bientôt leur secondaire viennent partager leur vécu avec une trentaine d’élèves qui finiront bientôt leur primaire. On jase de nos passions, des difficultés rencontrées à travers notre parcours, de notre première journée, de notre plus beau moment, de leurs aspirations et, surtout, on répond à plusieurs questions. L’an dernier, il y avait même eu démonstrations des passions, parmi lesquelles du baladi (ça avait donné quelque chose de rigolo quand j’avais essayé d’imiter certains mouvements).

Aujourd’hui, bref, j’étais dans une école primaire. 22 novembre. Première neige. Rappelez-vous votre enfance, comment vous vous comportiez lors des premiers jours de neige… ouf! Notre visite a donc concordé avec les premiers bonhommes de neige, les premiers forts, les premières batailles de boules de neige.

Avant de pouvoir commencer notre présentation, comme le voulait aussi la tradition dans mon école primaire, tous les élèves de la classe où nous étions ont eu le droit à, successivement, des réprimandes de la part des surveillants de récréations, des réprimandes de leur enseignante et des réprimandes à l’intercom de la part de leur directrice.

Je crois que les interventions étaient nécessaires, quoi que peuvent en penser mon coeur d’enfant et mon cerveau rebelle. Les balles de neiges mal lancées ou mal faites sont dangereuses, je connais d’ailleurs plusieurs personnes qui ont déjà été blessées.

Là où mes oreilles ont sillé, parce qu’il fallait bien que ça arrive, c’est lors du mot de la directrice. Parlant d’elle à la troisième personne, « Mme Simard (nom fictif) n’est pas contente quand ses élèves se lancent des balles de neige »… Le sursaut nous est venu, aux autres étudiants, à l’accompagnateur et à moi, lorsque la directrice a déclaré aux élèves que si ça reproduisait, elle n’aurait d’autre choix que de rapetisser la cours d’école et d’aligner les fautifs le long du mur durant les récréations. Pédagogique? Pantoute! J’ai trouvé ça bizarre…

À mon école primaire, on avait les carnets de comportement, aussi appelés carnets de route. Ça faisait plus pédagogique : on lisait et comprenait des règlements pré-définis, on signait le contrat… et si on ne respectait pas les règles, l’enseignant nous mettait ses initiales avec le motif de notre avertissement et on devait faire signer notre carnet par nos parents, avec des conséquences différentes selon l’étape d’intervention ou nous étions rendu. C’est poche, c’est limitant maintenant que j’y pense, mais bon sang que c’est moins freak que ce à quoi j’ai eu le droit cet après-midi là. Ça m’a… troublé.


Design par Trevor Fitzgerald et modifié par Félix GG | Propulsé par Wordpress